Pourquoi je ne parles plus à ma famille.

Colophon:

C’est un post qui je sais va créer un malaise. Pour cette raison, les commentaires sont désactivés. Ça fait un an que je parles plus a ma famille.

Long prologue:

J’ai eu une jeunesse avec ses hauts et ses bas. A mon jeune âge, mon père était contracteur et ma mère travaillait comme technicienne en laboratoire a l’hôpital de chicoutimi. Nous habitions une relativement cossue maison canadienne sur la rue Richmond a Chicoutimi jusqu’à ce que je sois en 2e année du primaire. Il y avait 2 autos et un camion dans “la rue fortier”. Je dirais que j’ai été relativement peu supervisé par mes parents à mon jeune âge. Ce n’est pas un reproche.

Mon arrivée au primaire a été dure. On me disait dissous. La situation s’est vraiment dégradée en 2e année. J’ai passé je sais pas combien d’heures en punition sur le bord de la porte. Une psychologue venait me chercher parfois, je me souviens plus comment ça virait. Pour je ne sais pas trop quelle raison, j’avais beaucoup de jeunes de mon âge qui s’acharnaient sur moi. Les quelques fois où je me suis défendu, je me suis fait chicaner. Hard. Life is fucking unfair. 

J’ai fini par être expulsé. On m’a envoyé dans une école spéciale où l’ont se faisait tirer les oreilles quand on faisait pas comme il fallait. J’ai fini ma 2e année là et j’ai fait toute ma 3e année. Quelques un des professeurs de cette école venaient de l’institut Saint-Georges. Je me souviens pas vraiment de mes parents a cette époque de ma vie.

J’ai été retransféré dans une école “normale” pour ma quatrième année. Ce fut un vrai calvaire. J’ai été à peine supporté. Notre voyage de fin d’année était un voyage autour du Lac-Saint Jean. On devait ramasser des fond. J’avais une boite que je m’étais fabriqué à cette fin. Les autres jeunes de mon groupe n’appréciaient pas ma présence en général. A un moment donné, quand l’institutrice à commencer a discuter du voyage, les autres ont pas cessé de m’insulter. Je me suis levé, interrompant l’institutrice et j’ai demandé qui ne voulait pas que je sois du voyage. Une large majorité on levé leur main. Je me suis rassis et j’ai annoncé que je n’irais pas.

Le plus insultant dans tout ça: J’ai eu a me présenter dans une classe vide tous les jours de leur voyage afin de faire de la copie et dans les derniers jours, effectuer du rangement/ménage. C’est fair en tabarnak ça !

Le même genre manège s’est poursuivi en 5e année, et j’ai été retransféré dans une école spéciale pour la fin de mon primaire.

Mon secondaire a été relativement sans histoire. Le secondaire 4 a été plus heavy, mais je suis passé au travers. J’ai découvert ma passion: l’informatique, durant cette année. Ça a mené a des notre plus basses et des “math fortes” presques coulées pour la fin de mes études secondaire. Mes parents me donnaient de la marde solide. Pour rien. Je l’affirmes aujourd’hui. Les maths de secondaire 4-5 sont de la marde. Le plan de cours est mal structuré. Pas assez axé sur les résultats.

Quand on juges un enfant que par son bulletin, on manque l’essentiel du message je pense. J’ai fermé ma gueule.

Toutes les passions que j’ai eu au secondaire ont été dénigrées par mes parents. C’était pas assez commode(pour eux) comme passions, mais au moins je faisais de quoi de ma peau !

Mon passage au secondaire m’a fait réaliser que j’avais plus d’affinités avec les adultes que les gens de mon âge. Pouquoi ? Your guess is as good as mine.

Mon développement social est apparu plus au cégep, où je me suis fouetté assez fort pour me présenter au Journal étudiant. L’effervescence de l’internet a fait que j’ai développé de grandes amitiés avec des professeurs. Mon niveau académique s’est détérioré. Je n’avais plus l’intérêt. Autant je mangeais des sciences lorsque j’étais au secondaire, autant quelques profs morons pas bons m’ont fait perdre mon goût pour les jobs en lab coat. (Oui maman, ils était syndiqués. Comme quoi c’est trop compliqué “clearer” du monde syndiqué incompétent)

A un certain point, mes notes étaient pourries. Ma mère, grande syndicaliste, est venue me voir et m’a dit: “C’est de la marde. regarde ton cousin XXXXXX il travaille chez Nortel et il fait 60 000 $ par année”. Le come-back intéressant serait de lui faire réaliser qu’est-ce qu’il est advenus de ces gens là. Je l’ai fait il y’a quelques années sans résultat. Il y a des gens qui ne se trompent jamais dans la vie, même quand ils sont dans le tort. Ça ne fait que démonter la profondeur lunatique de certaines personnes.

J’ai changé de programme pour Informatique. J’ai pas eu le temps de finir mes études (Plate, pénible, déconnecté) que j’avais un emploi. J’ai donc été sur le “big bad” monde de l’emploi.

Parenthèse:

Un an or so avant que je délaisses les études, j’avais des contrats externes suffisants pour rénover a mes frais un Bachelor à l’extérieur de la maison familiale. Rénové, la porte, les convectairs, air climatisé, pitch sur le toit. Peinture. Tout ! Même des cèdres dehors. Je payais mes comptes. Quand j’ai officiellement quitté mes études, ma mère m’a fait payer pension. Ce que j’ai fait, a quelques cheques rebondis près (En fait, je me souviens que de un seul, que ma soeur m’a niaisé pendant des semaines) pendant plus de 2 ans. C’est cheap mais rappelez vous de ce fait et read on…

J’ai changé d’emploi au saguenay une seule fois. Et finalement en 2000, je suis parti pour la grande ville. L’émotion est un peu comme si on avait vécu enfermé toute sa vie pour enfin vivre dans un endroit où de gens te comprennent.

Malgré qu’au saguenay on vive très mal sans auto, et que la plupart des jeunes gens de mon âge avaient un permis de conduire a 16 ans et un jour, même a mon départ pour montreal, je n’avais pas de permis de conduire. Mes parents, mon père en particulier, disait qu’il aimait mieux faire le taxi que de nous laisser conduire. Scooter ? J’aurais trippé, mais maman-ne-veut-rien me disait “trop dangereux”. Deux osties de mange marde. Ya des côtes en tabarnak au saguenay, pis un vélo, c’est poche. Transport en commun: au saguenay: Une joke!

C’est sur que c’est toujours plus le fun aussi de niaiser son fils devant toute la visite chaque année du fait qu’il a brisé le char quand il y avait une grosse bosse de glace devant le garage et que le char a rentré dans le garage quand on lui a demandé de rentrer le char que d’Actuellement lui autoriser de conduire.

Ma soeur a eu un accident avec la Honda toute neuve de maman et pas un plat a été fait de ça.

Mon frère

Mon frère et ma soeur sont mes cadets.

Mon frère avait une auto qu’il pouvait conduire dans le chemin privé familial quand il avait autour de 16 ans. A cet âge, j’avais réussi a me ramasser un mobylette a pédale que j’ai jamais pu conduire légalement. Merci parents.

A 16-17 ans, ma mère lui achetais de la bière au dépanneur. Jamais j’aurais demandé ça a mes parents. Anyway, ils auraient pas voulu.

Il a lâché ses études sans finir son secondaire. Il a jamais payé pension initialement. Il a repris le bachelor. Il avait des fréquentations moins honnêtes que les miennes, le bachelor a été vandalisé. Mon père l’a réparé au frais de l’assurance.

Il a travaillé a Longueuil, est parti ensuite pour “retrouver ses chummy” au saguenay. A perdu sa job (par sa faute), vécu au crochet de maman et papa avec un char presque neuf (pour faire une histoire courte) pour a ce que j’ai entendu revenir a Montreal.

Nice being a deadbeat. 

Don’t get me wrong. Malgré tout ça, j’aime beaucoup mon frère. Mais c’est pas juste que j’ai eu tous les coups de pieds au cul que j’ai eu et que lui ait eu juste ça. Avoir fait la moitié de ce qu’il a fait, mon père m’aurait égorger. C’EST PAS JUSTE. OSTIE.

Ma soeur.

J’ai jamais eu affaire a elle. Vraiment.

C’est drôle a dire. mais c’est ça. C’est la seule universitaire de la famille. C’est probablement pour ça que maman lui a prêté son auto et lui a payé son permis de conduire. Elle habite la banlieue, loin. designer d’intérieur. Elle a une maison. Avec une entrée. 2 autos. On peut y retrouver ma mère souvent quand elle est en visite dans la région métropolitaine. C’est moins forçant prendre la grosse Cadillac pour aller voir sa fille en banlieue que de prendre le même char pour se parquer dans ma ruelle ou *god forbid* dans ma rue pour venir me voir.

Mon point avec ma soeur c’est que:

  1. Je n’ai coûté aucune études universitaires a mes parents, quand ils en ont payé en pelletage de nuage a ma soeur. (Come on, histoire de l’art ? FFS)
  2. La banlieue, c’est pas la vie. Faire ma vie en banlieue serait absolument merdique.

Mon père m’a remis sur le nez souvent que “je devrais acheter” parce que ma soeur “S’est fait construire”

Faits:

  1. Une maison près de mon lieu de travail coûte une beurrée
  2. J’irai pas rester en banlieue pour être dépendant d’une auto.
  3. Les gens que je connais avec une maison:
    1. Ont hérité
    2. Se sont fait payer le cashdown
    3. Travaillent en ingénierie dans le domaine de la collusion
    4. L’ensemble de ces réponses

Aujourd’hui:

Professionnellement, j’ai fait mon chemin à Montreal. Ça fait 14 ans que j’y suis. Je fais une job que j’aime. J’ai une femme que j’aime a mes côtés et trois enfants. Mais j’ai pas été drillé et j’ai pas la patience que je voudrais avec mes kiddos.

J’ai finalement appris a conduire a 30 – 31 ans….

Dans le même genre de discussion que “ton cousin gagne 60 000 $ chez nortel”: Lors d’un souper ici, ma mère, pendant que je faisais la vaisselle, a eu le front de sortir un “Un universitaire doit gagner automatiquement plus cher que les autres avec l’équité salariale”. Ya right ! Je l’aurais frappé. N’importe quel moron avec de la mémoire peut avoir un diplôme universitaire. La compétence se mesure pas avec un diplôme universitaire.

Des fois je me dis que j’aurai du leur couter 250 000 $ d’études au MIT ou a Havard.

J’ai voulu me marier il y’a un an. On faisait un mariage a cuba. Personne de ma famille a répondu au RSVP. Même mes parents.

Now, pour mettre les trucs en perspective. Ma mère travaillait dans un syndicat de la santé. Depuis que j’étais a Montreal, elle était engouffrée la dedans. Elle a pris sa retraite il y’a quelques temps. C’etait une fucking premier ministre. Elle aurait pu partir 4 jours pour venir. La crisse de cheap s’est décidé a venir quand je lui ai dit que personne venait. Je demandais aucun cadeau de mariage, juste qu’elle soit là. On m’a aussi inventé une histoire pour mon père. Je suis pas convaincu que c’est vrai. On a annulé.

Ma mère planifiait le mariage de ma soeur la même année. Je n’en avait aucune idée. Elle a tenté de nous faire changer notre date. Elle est allée au mariage de ma soeur

Regarde: Je suis l’ainé. Je change pas la date.

Ma soeur s’est mis à bitcher sur nous sur internet “Ils se marient la même année que nous” pis c’est si pis ça.

Voilà. Le summum du cheap.

J’ai fait savoir en mars 2013 a mes parents, mon frère et ma soeur que je voulais plus leur parler. Ça a pas empêché mes parents de se pointer chez moi, non annoncés, en tassant ma blonde la porte en octobre 2013. J’aurais pu appeler les policiers. Ben du criage. Ça a fini par quelqu’un me disant qu’il voulait pas venir me voir parce que je restait “dans une crisse de ville de fou”.

Ben retournes dans ta gériatrie de Saguenay. C’est les gens de Montréal qui paient pour votre coin de chômeurs en pickup anyway.

Mon frère s’est pointé 2 fois, Je l’ai reviré les deux fois. Je vais lui retourner la carte cadeaux de Canadian Tire qu’il m’a laissé.

“La famille c’est un package deal”

Conclusion:

J’ai pas été soutenu par mes parents. Même a mon jeune âge, ils ont pinné le trouble sur moi au lieu de voir que peut-être que quelquechose ne marche pas ailleurs. Pas pour rien que mon rêve était d’avoir un tuteur a la maison. Aveugles, ignorants. Innocents. Je suis convaincu que j’aurais pu être un artiste ou du moins un meilleure personne.

Je me suis fait dire non souvent. Frappé parfois. Maman a intervenu, mais plus tard elle a eu ses méthodes à elle de me faire du mal. Plus subtiles, mais je m’en souviens encore.

Pendant que les enfants de mon âge parlaient de skidoo pis de jeux vidéos ou de voyages a Disneyland, j’avais rien a raconter.

Quand je suis parti de la cellule familiale, j’ai connu d’autre gens.

Des gens qui avaient pas a s’inquiéter que leur loyer et leur comptes soit payé, des fils a papa, c’était pas mon cas. Mais crisse que je les enviais. Des gens qui se faisaient payer un ordinateur neuf chaque année par papa maman par exemple. Même si ça a été ma carrière, j’ai eu qu’un seul ordinateur payé par mes parents, et ils en ont été obligé, c’est une longue histoire. J’ai très rarement demandé de l’argent a mes parents une fois parti de la maison.

Je demandais pas ça a mes parents. Je demandais que l’on m’écoutes, qu’on me comprennes pis j’ai rien eu de ça.

J’ai eu des parents cheap financièrement et de leur personnes, qui ont jamais pris le temps de comprendre ce qui m’allumait, qui m’ont donné des coups de pieds au cul non stop mais qui ont laissé mon frère et ma soeur faire ce qu’ils voulaient sans leur administrer les dits coups de pieds. J’ai fait ce que je pouvais avec ce que j’avais avec le résultat est pas mal. Mais vous en aurez pas le bénéfice.

C’est pas juste ! Pas correct ! Fuck you !

Je renie mon héritage. Étouffez vous avec vos osties de chalets pis la grosse cabane (que papa veut pas vendre anyway). Le fun qu’on aurait pu avoir en famille est là, pis vous l’avez juste gaspillé. Peut-être mon frère et ma soeur vont le dilapider dans un temps record.

Voilà. Vu que j’assume que mes parents ont lu le message. Les moyens de communication pour nous rejoindre sont barrés. Vous avez eu votre fun, amusez vous avec les deux autres. Quand votre nom sera sur une petite boite, je daignerai vous rendre visite. Par politesse. Quand j’aurai plus de cheveux blancs, je considérerai une amnistie, mais je penses pas que ce jour va venir.

Si vous vous pointez a la maison une autre fois et que vous refusez de partir, je vais appeler les policiers. C’est valide pour vous quatre.

Adieu.

Migrating Apple Open Directory manually from Snow Leopard Server to Lion Server

Apple Open Directory was always a weird and misunderstood part of Apple Server strategies. The Open Directory system in Lion seems to have several  drastic changes to it’s structure and while moving from Snow Leopard to Lion using Apple provided Tools, I stumbled on these problems after the migration.

  • Unable to add replicas
  • Unable to use the Profile Manager
I tried for a while to fix it but I was unable to: it’s very complicated when you don’t know where to go and what the system expects. Continue reading ‘Migrating Apple Open Directory manually from Snow Leopard Server to Lion Server’

Viau Ford, Ou pourquoi tout le monde déteste les concessionnaires automobiles

Il y a 4 ans, nous avons loué une ford focus 2008. Après 4 ans, 1 accident et deux accrochages elle a survécu et comme elle nous convenait, nous avons décidé de l’acheter. A date,  avec Viau Ford, ce fut toute une galère.

Je sais, je demeures a Montreal et j’ai un dealer a Saint-Rémi. On avait un bon vendeur avant qu’il prenne sa retraite.

Je vous évites ici toute la bullshit de l’inspection.

Pour la signature des papiers, on s’était entendu que:

  • Les papiers allaient être prêts a une telle date et telle heure
  • Que l’on y allait pour lire et signer

En réalité:

  • La papiers étaient pas prêts
  • La vendeuse a été prise avec un client pendant une heure. Elle nous a dit d’aller “se promener en auto autour”
  • Ça a pris plus d’une heure les remplir. (Super le fun d’attendre dans le char avec 3 enfants pas content qui ont faim)
  • Quand on est partis, on a pas pu aller a la SAAQ pour finaliser, il était passé leur heure de fermeture.
Quelques jours après
  • Nous allons a la SAAQ, les papiers ont pas été faits a nos deux noms.
  • Les papiers sont refaits.
  • j’y retourne, il y a un problème (je me souviens plus)
  • Je fais refaire les papiers
  • Il fallait qu’ils signent les enregistrement courants.
Là, j’en ai juste plein le cul. C’est tellement cool de perdre du temps pour des niaiseries administratives.
Je rappelles, on me  dis que la dame en charge de la paperasse est en vacances jusqu’au mardi suivant. Super !
Dealer de char, pas capable de remplir des papiers de la SAAQ comme il faut. Faut le faire ! Je comprends qu’ils ont pas de commission sur les ventes de char qui ont été loués, mais c’est pas mon problème. Je comprends que c’est plus intéressant de vendre des autos neuves, en l’occurrence des gros “F350 King Ranch” aux Rednecks du coin, mais on avait quand même droit a un minimum de bon service et je crois qu’on l’a pas eu.
Je conduis illégalement mon char.
Ça m’a fait plaisir de faire une plainte a Ford du Canada contre ce garage de morons.
Je rêve du jour où on pourra acheter notre auto sur internet et remplir la paperasse de la SAAQ sur Internet.

Changer ses pneus a Plattsburgh NY.

J’ai récemment fait deux expériences.

Au début octobre j’ai eu à remplacer mes pneus d’hiver.
Et plus récemment, j’ai eu à remplaçer mes pneus d’été.
Deux expériences.
Pour les pneus d’hiver, je voulais vraiment des Bridgestone Blizzak et personne ne semblait en avoir encore en stock. Je n’avais pas le temps de me rendre aux USA pour le remplacement. Y’a pas beaucoup d’économies à faire de cette façon:
Item(s) Total:
$364.00
Excise Tax:$0.00
GST:$21.07
PST:$37.59
Duty:$25.48
Provincial Tire Fee:$12.00
Broker Fee:$20.00
Shipping:$105.62
Order Total (USD):
$585.76
585 $ pour 4 blizzaks. Pas installés. Je crois que j’ai payé mon garage 40 $ pour l’installation sur mes rims. 625 all in.
Résultat: Pas beaucoup d’économie. Mais on me dit que des places comme OK Pneus chargent 1000 $ pour ces pneus.
Pneus d’été
Pour mes pneus d’été, je suis allé sur le site web américain de Sears. J’ai choisi de bons pneus. J’ai ensuite passé la commande via le chat online. Les pneus que je voulais étais pas en stock à Plattsburgh. Le chat en ligne ne peut pas nous faire payer en utilisantune carte Sears canadienne. J’ai payé visa.
Le Sears de Plattsburgh ne prends pas de réservations pour les installations de pneus. J’ai donc avisé que je passerais à une telle date.
On m’a appellé 2 jours avant la date convenue pour m’a viser que les pneus étaient arrivés.
Je suis parti tôt le matin le jour convenu. J’ai laissé l’auto a l’autocenter. Le temps d’aller faire une épicerie au target, de dîner, l’auto était prête.
Super job. On m’a chargé 12 $ d’extra pour remplacer les valve. J’ai de nouvelles valves en métal !
La facture:
599 $ posés balancés plus 12 $ pour les valves.  Mais ce sont quand même des Michelin Pilot Exalto A/S
Canadian Tire Charge 745 $ pour  4 de ces pneus pas posés.
C’est sans compter ce que l’on a sauvé sur l’épicerie.
Achetez vos pneus de l’autre côté de la frontière. C’est pas mal moins cher.

Sur la déconnection des Saguenéens

Vous savez tous que je viens du saguenay.

Je prends la peine de faire cet article suite au lockout annoncé par Rio Tinto a l’Usine d’Alma en ce 1er Janvier 2012.

Ironiquement, ça fait longtemps que j’attends ce moment. J’ai de la peine pour les innocents pognés dans le “crossfire” mais toutefois, la plupart d’entre eux l’ont cherché. Pas directement, mais bon.

J’ai une expression qui pourrais très bien résumer ma pensée sur les gens du saguenay. Ça s’applique peut être aux autres régions, mais je n’y ai pas vécu…

Cette expression est  “Ungrateful brat”. Je vais m’expliquer.

En 2004, la papeterie de La Baie a fermé. Dans les années précédent la fermeture, le syndicat des travailleurs de cette usine ont vraiment fait chier le patronat et ce malgré les avertissements lors de l’acquisition de l’usine par Abitibi. L’avertissement était simplement que la compagnie possédait trop d’usines et qu’il était évident que les moins rentables et les plus à problèmes serait fermées ou vendues. Ce fut un coup très dur pour la région.

Lors de l’acquisition d’Alcan par Rio Tinto en 2008, je pensais que la population aurait compris qu’on ne fait pas chier les gros employeurs de la région, mais non. Fin 2011, la marde a pogné. Voilà le résultat.

Plutôt que de faire chier avec des syndicats, des griefs et des grêves, les gens de cette région devraient travailler et se la fermer. Prouvez ce que vous valez, et les entreprises vont rester.

Quand j’étais au secondaire, les profs d’histoire se plaignaient qu’on ne faisait que de l’exploitation de ressource naturelle au saguenay et peu de produits manufacturés. Eille, avec la propension des gens a se syndiquer au quebec et plus précisément au saguenay, on peut pas blâmer une entreprise de ne pas s’y installer. Y’a aussi toute l’histoire de la phobie des anglophones de ce coin et l’ordre des priorités. A voir les priorités du maire de Saguenay, on voit totalement la déconnection des gens de ce coin là.

La région de Montreal donne 4 milliards de dollars par années aux régions. Ca empêches pas les gens du Saguenay de penser que leur impôt sert “à payer le métro de Montreal”. Ils sont fachés quand on ferme des écoles de quartier parce qu’il y a plus assez d’enfants ou parce qu’ils ont pas asphalté la route vers leur chalet. Eille, tu peux te perdre sur des routes presque neuves et rouler sur des kilomètres pour y voir que trois maisons. L’impot des habitants de ces trois maisons ne paie même pas le déneigement.

Un candidat (Marc Pettersen), au saguenay a promis un “Nouveau Pont” a chicoutimi pour règler la situation du traffic a chicoutimi. Les employés de l’hôpital de chicoutimi ont tous droit a un laisser passer de transport en commun gratuit, mais très peu de gens s’en servent. L’université du québec a chicoutimi et le cégep de chicoutimi ont de grands stationnements qui sont toujours ben pleins. Favorisez donc le transport en commun tabouère.

Mon point, c’est que la région est pas rentable, les gens qui travaillent dans ces grosses entreprises ont des conditions au dessus de la moyenne (Salaire, Pension et avantages), et ils trouvent moyen d’en demander plus sans avoir les moyens de perdre une de ces grosses entreprises. Pendant ce temps, c’est les gens des grandes villes, qui sont même pas capables d’avoir des routes qui ont de l’allure, qui paient pour cette population de “chômeurs en pickup” (Merci Guy Philippe Wells).

Ça achètes des 4X4, des skidoo, des 4 roues, des seadoos et ça se dit “plus respectueux de la nature”, mais il font 3 fois plus de millage par année qu’un citadin normal. Soyez conséquents.

C’est le temps que lens gens de ce coin cessent de s’étendre non stop, afin de diminuer les côuts des services essentiels, qu’ils se désyndicalisent ou du moins que les syndicats cessent de montrer les dents. Si vous voulez attirer les jeunes à rester ou revenira au saguenay, commencez par mettre dehors Jean Tremblay et ses niaiseries avec la prière avant le conseil.

Tout ce que je sais, c’est que je ne m’établirai plus jamais a “Death valley”

I’ll be like a case of bad flu – Part VIII

Depuis quelques semaines, je tentais de rejoindre des gens placés plus haut dans la foodchain du ministère de la famille.

J’ai reçu une belle petite lettre du directeur des plaintes m’indiquant que mon seul recours est le service des plaintes. Jvas leur en faire moi…

Voici ma réponse:

Montreal, le Mardi 9 Aout 2011

Ministère de la Famille

A./S. : Benoit Veronneau

Directeur du service des plaintes

Objet : Explications sur mes démarches

Monsieur

Avec tout le respect qui vous est dû. J’ai voulu joindre Madame Bérubé parce que je suis insatisfait du traitement des plaintes que j’ai déposé, je m’explique:

Le rôle d’un service des plaintes est de prendre les plaintes et de réellement faire quelque chose pour corriger la/les situations rapportées.

Depuis plus d’un an je constate que vous prenez en note les plaintes, montez un dossier, mais…

1.Il n’y a aucun suivi

2.Aucune action ne semble être prise. C’est le statu quo depuis plus d’un an.

Pas une entreprise privée avec un tel service à la clientèle ne survivrait.

J’ai l’impression que l’on prend en note mes inquiétudes par politesse et non par désir de vouloir réellement changer les choses. J’ai l’impression de faire rire de moi, malgré le fait que les points que j’ai apportés soient partagés par beaucoup de parents.

En plus, quand on remet en question certaines politiques internes du ministère, on se fait répondre des Inepties. Je fais spécialement référence aux places subventionnées dans des garderies dont la politique d’admission favorise des gens provenant de tel ou tel milieux de travail. Je sais que les gens qui bénéficient de ces places sont aussi des parents, mais eux, à leur retour au travail, ils n’ont pas à chercher de place et sont certains d’avoir une place subventionnée tout de suite. En contrepartie, je connais des tas de parents qui n’ont été appelés que lorsque leur enfant avait 3 ans. Plusieurs n’ont même jamais été appelés. Ils ont travaillé des semaines à être sur les listes et à faire des téléphones. Ce n’est pas juste pour eux.

Il y a une belle garderie dans notre quartier, Coeur de Cannelle. Elle favorise les employés de la technopole Angus et ensuite les gens du quartier. Rattachée a cette garderie il y a Coeur Atout, une autre garderie avec la même politique d’admission. Avant l’arrivée de la CPE du Carrefour, ces deux garderies en installation étaient les plus belles du coin, mais pratiquement personne du Quartier n’y avait accès. Les employés de la technopole, qui viennent la plupart du temps des banlieues, bouffaient toutes les places.

C’est la même chose pour la régionalité. Une garderie d’une région X ne devrait pas pouvoir prendre des enfants de la région Y sauf si elle prouve qu’il y a pénurie d’enfants dans son coin. Ça éviterait que des garderies dans le coin de Varennes aient du mal à avoir des enfants, et que celles de Montréal se remplissent d’enfants des banlieues, privant ainsi les Montréalais de places dont ils ont besoin.

Les suggestions que j’ai apportées ne coutent pratiquement rien au ministère et rendent l’accès aux places plus « fair ». Centraliser les listes régionalisées et rendre leur usage obligatoire serait également une bonne idée, mais il y aurait des coûts de rattachés à ça.

Or il semble que votre département semble vouloir demeurer du côté du problème plutôt que de la solution. « On ne peut pas faire ça. Ce serait de l’ingérence » ne devrait pas faire partie de votre répertoire d’excuses. La collectivité paie pour des places dans son milieu, la collectivité a droit à ces places.

Dans un article de Pascale Breton du 22 Juillet 2010 sur Cyberpresse on peut lire que vous avez reçu 30 plaintes au sujet de la gestion des listes d’Attente. Si vous vous fiez à ces chiffres pour prendre action ou banaliser l’affaire, dites vous que c’est loin d’être représentatif de ce qui arrives. Les parents qui prennent le temps de porter plainte sont une infime minorité. La plupart des gens préfèrent vivre avec le problème que de porter plainte parce qu’ils se disent, avec raison, que ça ne donnes rien. Le fonctionnement des listes, en plus d’être totalement anarchique, est un peu confus pour la majorité des gens. Je dis donc que si vous avez eu 30 plaintes, c’est comme si vous en aviez eu 30 000. La grogne contre votre ministère est généralisée, et on la ressent dans les réseaux sociaux et dans les médias.

De plus, les garderies qui favorisent des employeurs ne l’affichent pas nécessairement. Il faut vraiment demander. Peu de parents se rendent jusque là parce que ce n’est pas notre travail de jouer à la police. C’est la job de votre ministère.

Pour terminer, je crois pleinement que mes inquiétudes desservent plus d’attention que ce que les gens de votre département leur accordent en ce moment. J’ai cru un moment que vous et votre équipe auriez pu m’aider, mais après plus d’un an à attendre des changements, je vois bien que vous n’avez soit aucun pouvoir ou que vous ignorez mes requêtes.

À cette fin, soyez persuadé que j’intensifierai mes efforts afin de joindre des gens de plus haut niveau qui peut-être pourront et voudront changer les choses.

Bien à Vous

Ce parti de la neutralité est celui qu’embrassent le plus souvent les princes irrésolus, qu’effrayent les dangers présents, et c’est celui qui, le plus souvent aussi, les conduit à leur ruine. – Nicolas Machiavel

 

I’ll be like a case of bad flu – Part VII

Voici la liste des organismes dans la region de Montreal qui ont des services de garde, possiblement subventionnées qui favorisent leurs employés/gens de l’entourage.

  • Bell Canada
  • Cégep de Drummondville
  • Cégep de Trois-Rivières
  • Centre communautaire Notre Dame du Bon Conseil
  • Centre communautaire récréatif St-Jean Baptiste (CCRSJB)
  • Centre d’éducation des adultes du St-Maurice
  • Centre d’hébergement Notre de Dame de la Merci
  • Centre d’hébergement St-Joseph de la Providence
  • Centre de réadaptation Lucie Bruneau
  • Centre de réadaptation Marie-Enfant (CRME) Ste-Justine
  • Centre hospitalier de St. Mary
  • Centre hospitalier régional de Trois-Rivières (CHRTR)
  • CHSLD de l’Ermitage
  • CHU Sainte-Justine
  • Cirque du Soleil
  • CLSC Bordeaux-Cartierville
  • Collège Laflèche
  • Collège Rosemont (Employé)
  • Collège Rosemont (Étudiant)
  • CSSS Bordeaux-Cartierville-St-Laurent
  • CSSS de l’Énergie pour la Pouponnière de l’hôpital
  • CSSS de Trois-Rivières
  • CSSS Drummond
  • CSSS Drummond et demeurant dans le secteur St-Charles
  • CSSS Drummond et résidant à St-Cyrille,St-Joachim,St-Lucien
  • École de technologie supérieure (ETS)
  • École Michelet (employés et enfants)
  • École primaire St-Majorique (employés et enfants)
  • École St-Arsène (employés et enfants)
  • Émica (Employés)
  • Émica (Étudiants)
  • Employé municipal de l’arrondissement de Verdun
  • English Montreal School Board (EMSB)
  • Étudiant du CEGEP Marie-Victorin dans un programme crédité de jour
  • Gouvernement du Canada (Centre fiscal et autres ministères fédéraux)
  • HEC (Diplômé)
  • HEC (Employé, régulier à temps plein)
  • HEC (Étudiant – temps plein)
  • Hôpital Jean-Talon/CSSS du Coeur de l’île
  • Hôpital Louis H Lafontaine
  • Hôpital Rivière-des-Prairies
  • Hôpital Sacré-Coeur de Montréal
  • Institut de cardiologie de Montréal
  • Institut universitaire de gériatrie de Montréal (IUGM)
  • Maison de Radio-Canada/Radio-Canada
  • Membre de l’association du jeune barreau
  • Palais de justice de Montréal
  • Personnel du CEGEP Marie-Victorin
  • Place Ville Marie
  • Pôle Nord
  • Programme de francisation du Centre d’Éducation des adultes du St-Maurice
  • Programme Ma place au soleil
  • Québécor Médias (autre que Vidéotron)
  • SITQ
  • Sobeys
  • Technopôle Angus
  • TOHU
  • Travailleurs de Mont-Carmel
  • Travailleurs de St-Étienne-des-Grès
  • Université de Montréal
  • Vidéotron (à la Place Bonaventure)
  • Vidéotron (autres emplacements)
  • Ville de Montréal
  • Ville de Westmount
  • Westmount Park School

Je vais éplucher la liste en détail… Et demander des comptes…

Il manque évidemment des compagnies: Hydro-Quebec n’y est pas.

I’ll be like a case of bad flu – Part VI

J’ai pas posté mes développements depuis plusieurs semaines, je sais.

En fin février, nous avons eu une place pour nos deux enfants dans la CPE du Carrefour, à deux pas de chez nous, pour nos deux enfants.

C’est fabuleux. Moi et ma conjointe avons recontré la télévision une autre fois au mois de décembre et une autre fois cette semaine, donc, on commence a être entendu.

Aujourd’hui, j’ai trouvé une perle d’illogisme. Lisez ça:

Le centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. est une corporation sans but lucratif qui est subventionnée par le ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine du Québec. Son mandat principal est d’offrir aux employés d’Hydro-Québec un service de garde éducatif pour leurs enfants. Ce service a pour but d’assurer notamment la santé, la sécurité, le développement et le bien-être des enfants. Annuellement, Hydro-Québec soutient le centre par une contribution financière aux infrastructures.La corporation détient un permis du ministère de la Famille, des Aînés et de la Condition féminine du Québec donnant droit de recevoir 72 enfants dans son installation. Les places sont réparties ainsi: 5 places pour les poupons de 0 à 17 mois et 67 places pour les enfants de 18 mois jusqu’à l’âge de la maternelle.

QUOI ?

mais z’encore…

Le centre de la petite enfance Les lutins du boulevard est un service de garde sans but lucratif en milieu de travail, pour les employés de Hydro-Québec pour Montréal et ses environs.

Une société qui se paie des places, j’ai rien contre ça. Toutefois, que ces places soient considérées comme des places privées. Que la compagnie qui parraine entre  ça dans ses dépenses d’opérations et que les parents se fassent rembourser par le ministère à chaque mois.

Je sais que Hydro Québec, La Banque Nationale et le Cirque du soleil ont de garderies de la sorte. La plupart de ces garderies n’ont pas de site web, elles n’en ont pas besoin, évidemment.

J’ai laissé un autre message à Jacques Robert, sous-ministre à la famille a ce propos. J’ai également rappelé le département des plaintes, quelle surprise de me faire rappeller a 19h30 a ce sujet.

Le monsieur des plaintes n’a pas semblé comprendre que si ils attribuent de places a ces garderies “ségrégatrices”, on a moins de places pour nous. Je lui ai fait le parralèle entre moi qui ouvre une garderie et qui accepte seulement des blancs et il a été d’accord que je me ferais ramasser par les droits de la personne. Mais quand vient le temps d’assigner les places a des gens d’une corporation plutôt qu’au grand public, il semblait OK avec l’idée.

Dans le cas d’Hydro Québec, ce qui me rends le plus furax, c’est que c’est une société d’état remplie de “gros pleins”. Les réceptionnistes y gagnent 50 000 $. Pire, tu peux aller essayer une autre job pendant un an dans une autre compagnie, et revenir si la job te plaisais pas sans aucun problème au retour.  Si ils veulent des places en garderies pour les enfants de leurs employés, qu’ils se paient une garderie privée pour les employés et que les employés se fassent rembourser leur dépenses comme le reste du monde. Donnez les subventions aux garderies qui prennent TOUS les enfants.

Les appendices – Une fille inoubliable…

C’est meilleur que l’original….

http://www.lesinterwebs.com/jours/une-fille-inoubliable-vue-par-les-appendices/

I’ll be like a case of bad flu – Part V

Ceci sera un post en quatre parties:

  1. Mon expérience en CPE en installation
  2. Le rappel d’un adjoint de la ministre
  3. Une rencontre dans notre quartier pour tenter de trouver des solutions.
  4. D’autres péripéties avec la liste enfance famille.

Mon expérience en CPE en installation

En une seule expression, je peux résumer mon expérience.

“It’s like clockwork”

Tout y est parfait, tout est calculé. J’avais peur que ce soit froid et moins personnel, mais du moins de notre côté, l’éducatrice de Rémi est très gentille et elle aime les enfants: on s’en ai rendu compte quand Rémi a été malade, elle avait de la peine. L’équipe entière là bas semble très bien et organisée. Les locaux sont propres (Trahis par l’odeur de javex le matin), les jouets abondants. Il y a pas mal d’activités. On a un déluge de dessins et de bricolages à la maison maintenant. La bouffe est excellente. Mon plus vieux y semble bien, parce que le matin il est content d’y aller et le soir j’ai l’impression de le déranger quand je vais le chercher. 😉

C’est aussi rassurant de savoir que si l’éducatrice est malade, quelqu’un va prendre le relais.

Le ministère, plutôt que de niaiser comme des morons avec les garderies en milieu familial, avec les remboursements pis les inspecteurs de garderies illégales aurait grand avantage à tenter d’ouvrir de ces garderies. Institutionalisez bâtard ! Du même coup on va s’assurer que les enfants sont prêts pour l’école en sortant. C’est peut-être la solution de la maternelle 4 ans…

But I don’t want to rub salt in the other’s parents wound

Un rappel d’un adjoint de la ministre

En une expression, je peux encore résumer mon expérience

“Living in a Wonderland”

J’ai confirmé maintes choses par cette discussion

  1. Ils sont totalement déconnectés
  2. Ils bouleshittent le monde
  3. Ils agissent en “Panic Mode”
  4. Mme James était peut-être super compétente à l’immigration, mais j’ai l’impression qu’elle est à la famille pour “faire beau”. Si ça fait pas ton affaire ma grande d’être là, laisses ta place à un autre.

L’homme qui m’a rappellé a été ben surpris que des places de garderies pouvaient coûter plus de 35 $ par jours (50 $ – 60 $ par jour au centre ville est pas dur à trouver). Je lui ai évidemment posé la question qui leur fait exploser le cerveau.

“Pourquoi les gros pleins qui font 200 000 $ par année ont droit au garderies a 7 $ alors que ceux d’un revenu moyen qui en ont vraiment besoin ne sont pas capables d’en avoir ?”

Euh, ouais, euh ! Mais vous savez Monsieur, avec les remboursements, une garderie privée avec les remboursements vous coûtera moins de 7 $ par jour.

C’est vrai, mais y a une crosse digne d’un vendeur de char vereux… regardez plus bas.

Faut vraiment pas savoir compter. Si la plupart des garderies étaient en bas de 25 $ ce serait vrai, et encore.

(Allez jouer avec le calculateur, ca nous montre juste coment c’est un scam)

Je leur ai ensuite parlé du fait qu’ils agissent seulement sous la pression des médias. Il a essayé de me faire passer que l’histoire des inspecteurs était en branle depuis longtemps mais que: “C’est long et compliqué d’embaucher du monde, de les former et leur emmenager une place”.

Va conter ça à un autre. Tomassi avait commencé la patante, ben avant de se faire mettre dehors. En plus, on sort d’une récession. FAites moi pas avaler que c’est dur d’embaucher du monde pour travailler avec des conditions en or (Syndicats, congés, pension géniale après 5 minutes de travail) en pleine période de chômage. Pis eille, inspecter des garderies, ca prends pas beaucoup autre chose qu’un gros bon sens !

Il m’a assuré que ce qu’on avait parlé serait emmené a Yolande James. (Blah blah blah !)

Une rencontre dans notre quartier pour tenter de trouver des solutions

La ministre de l’opposition à la famille, Carole Poirier y était. Ce fut très apprécié. Par contre, le ministère de la famille nous a “snobbé” ben raide.

La responsable de la liste enfance famille était présente, pour nous dire des choses que l’on savait déjà, et durant les discussions, pour mettre la faute sur le manque de places et nous rappeller qu’elle ne faisait que gérer la liste. Elle peut et veut rien faire pour la régionalité. Elle est du côté du problème plutôt que de la solution.

J’ai été surpris de l’attitude de certaines personnes quand J’ai demandé pourquoi on donne pas les subventions aux parents pour que cela créé une certaine compétition. Pour eux, les garderies deviendraient “Evil” histoire de faire plus de profits. Je me dedmandes comment ca peut être pire qu’actuellement.

La petite clique de garderies en millieu familial semblaient pas contente quand j’ai dit que ce serait mieux si tout était institutionalisé. Tout le monde veut tirer la couverte de son bord.

D’autres péripéties avec la liste enfance famille.

On se souviendra que la dame d’enfance famille m’avait dit textuellement:

“Les services de garde qui acceptent un enfant chez eux, modifient eux-mêmes le statut pour le mettre « en service » afin que les autres membres sachent que le parent a choisi un SDG déjà. Le parent satisfait « peut » modifier son statut pour le mettre Placé définitivement s’il est persuadé que son enfant terminera sa petite enfance à ce SDG.

Le principe derrière le « en service » est de permettre à un parent qui accepte une place parce qu’il n’a pas le choix au CPE X, de rester sur la liste des CPEY et Z s’il le souhaite. Cela crée de la chaise musicale… le vrai problème n’est pas cette chaise musicale mais bien plus le fait qu’il manque de place à Montréal…”

et

“Qui sommes-nous pour juger d’une raison valable ou non ??? Nous sommes un guichet d’inscription. Un parent qui se sépare, un parent qui déménage, un parent fatigué de prendre le métro avec son bébé à tous les matins, un parent qui croit que son enfant est maltraité ou mis de côté… le parent est le meilleur juge de son souhait le plus cher pour son enfant.”

Alors, quel ne fut pas ma surprise de recevoir


Subject: IMPORTANT-Changement de statut-Dossier de votre enfant
Date: Thu, 25 Nov 2010 09:22:42 -0500 (EST)
From: Enfancefamille.org <parent@enfancefamille.org>
To: ...
*
*
Rémi Fortier
Ce message vise à vous avertir que le du dossier de votre
enfant Rémi Fortier a été modifié.  Selon nos dossiers, son statut sur
la liste d'attente centralisée des services de garde d'Enfance Famille est
dorénavant Placé définitivement.          Votre enfant fréquente
présentement un service de garde éducatif, mais est encore sur la liste
d'attente afin de trouver une place dans un milieu qui correspond mieux à
vos exigences. Il nous est toutefois impossible de savoir quel rang occupe
votre enfant sur cette liste.    Le dossier de votre enfant est placé
définitivement. Votre enfant fréquente donc un service de garde qui
correspond à vos besoins. Le nom de votre enfant n'apparaît plus sur la
liste d'attente et son dossier est fermé de façon permanente.
Le dossier de votre enfant est archivé. Votre enfant n'apparaît plus sur
la liste d'attente. Si vous êtes toujours à la recherche d'une place en
service de garde, vous pouvez réactiver le dossier de votre enfant en nous
contactant.      Si vous êtes toujours à la recherche d'une place pour
votre enfant et désirez demeurer sur la liste d'attente centralisée
consultée par les services de  garde membre d'Enfance Famille  avec nous
afin que nous puissions remettre Rémi sur la liste d'attente centralisée.
Merci !

J’ai pourtant pas demandé de placer Rémi définitivement !

J’appelles là bas. On me dit que j’ai “trop” de garderies a mon dossier. Je leur explique les raisons. Je demande a être remis en service. Elle ne veut pas. J’explique la situation, je demande a parler a Madame Sevigny, la dame s’excuse, me revient et finalement et remet le statut de Rémi “En service”.

Turns out: Les garderies ont fait des plaintes, ils appellent plein de parents qui ont déjà des places et ils trouvent qui perdent du temps. Ils ont donc décidé de changer le status des enfants dans des garderies pour placé définitivement même si ce n’est pas sensé.

Je veux rester en service pour avoir une chance de placer ma fille et mon garçon dans la même garderie. Il y en a une qui est sensé ouvrir en février près de la maison.

Quand c’est les parents qui se plaignent, pas d’Action. Quand c’est les directeurs de garderies, on fait des passe droit et on coupe les droits des parents.

Colophon

Mes recherches ne furent pas vaines. On va pouvoir entendre ma “grande gueule” à quelque part bientôt…